Vous allez Vous en Remercier

Budget
à
Du Sacre Coeur Immobilier
[email protected]


06 19 57 82 83


                                     


Les deux meilleures équipes de la phase régulière, Baho et Villegailhenc, avaient rendez-vous à Pia pour la finale du championnat de France d’Elite 2.

Il ne fallait pas être en retard pour cette finale, et c'est tout un symbole de voir Dribryl Dauliac (photo) récupèrer le ballon sur un rasant contré qui lui revient dans les bras pour qu'il n'ai plus qu'à s'allonger pour ouvrir le score, belle image et belle revanche du destin pour Djibryl connaissant la tension des mauvais propos à son encontre qui entoure cette finale. La réponse de VARL ne se fait pas attendre. Sur un ballon perdu par Bitigri juste devant sa ligne, Delgado est tout heureux de le récupérer pour aplatir (6-6).

Dans la foulée, c’est Belkhiri qui va trouver la faille dans la défense adverse grâce à ses appuis de feu. Un avantage une nouvelle fois de courte durée car Pau casse la ligne des Geckos pour marquer. Avec des sans-fautes des deux buteurs, les deux équipes sont à égalité 12 partout à la 20ème minute.

Le jeu va se muscler entre les deux équipes qui vont se rendre coup pour coup sans réussir à trouver à nouveau la faille. Baho va malgré tout virer en tête grâce à un drop de Kamel Belkhiri, 13 à 12. Le demi des Geckos est l’homme de cette première période, il sauve un essai dans les derniers instants de la première période en poussant son adversaire en touche.

Baho à l’usure

Les Geckos vont inscrire le premier essai de la seconde période par Salgues et Belkhiri va continuer de faire le travail face aux perches. Mais VARL va vite réagir et sur un service de Nicol, Ah Van va marquer sous les poteaux, 21 à 18 pour Baho.

À 20 minutes de la fin du match, Thomas Limongi ajoute une pénalité de 40 mètres pour ramener les siens à un point (21-20). À la 69ème minute, Maury va trouver Bey qui va aller aplatir pour donner de l’air aux Geckos, 27 à 20. À quelques minutes du terme, Mathias Pala ajoute un essai, la messe est dite, avec la transformation ratée, les hommes de Didier Meynard mènent 31 à 20. Mathias Pala fait encore la différence et sert Bitigri qui va marquer son essai. Brahimi, pour son dernier match, rate la transformation, score final 35-20.